Skip to main content

Vous êtes producteur et vous souhaitez mettre à disposition vos restes de production au bénéfice de l’aide alimentaire? Les équipes de Manger Demain et du Collège des producteurs s’occupent de tout : ils vous mettent en relation avec un organisme d’aide sociale, vous vous mettez d’accord sur les modalités du glanage (jour, parcelle,…), et vous signez la charte, c’est tour. Une opération gagnant-gagnant pour tous !

Lancement d’une charte producteurs/organismes d’aide sociale pour encadrer le glanage

Dans le cadre de leurs missions respectives, la cellule Manger Demain et le Collège des Producteurs, avec le soutien de la Wallonie, ont lancé en juin 2021 une opération de glanage solidaire encadré au bénéfice du CPAS de Charleroi. Véritable innovation dans le secteur, c’est la première fois qu’une charte est mise en place entre producteurs et acteurs de l’aide sociale ou alimentaire, afin de définir le cadre d’un glanage solidaire en Wallonie.

L’objectif est double : d’un côté, diminuer les pertes alimentaires liées à la non-valorisation de fruits, légumes ou pommes de terre, qui n’ont pas pu être récoltés par les agriculteurs ; de l’autre, créer du lien, permettre aux bénéficiaires de l’aide alimentaire de découvrir le travail des agriculteurs, et surtout, leur mettre à disposition gratuitement des produits frais et locaux. Le tout dans un cadre structuré qui permet de rassurer l’agriculteur et d’éviter les dérives liées au glanage.

Succès pour les premières journées de glanage solidaire à Gerpinnes avec le CPAS de Charleroi

Les 16 et 17 juin 2021, une opération test de glanage solidaire encadré s’est déroulée chez le producteur Pascal BOLLE (Agrisert). Celui-ci a ouvert une parcelle de fraises aux bénéficiaires du CPAS de Charleroi pour la cueillette des fruits n’ayant pas été récoltés. Avec des participants du CPAS, ayant pris part bénévolement à l’opération dans la bonne humeur, ont été cueillies 25 cagettes de fraises par jour pour le bénéfice du CPAS, soit 250 kilos au total sur les deux jours.

Ce fut un succès prometteur pour d’autres glanages à venir. Chaque cueilleur a reçu deux raviers de fraises. Le reste de la récolte a été distribué via les colis alimentaires du jour ou utilisé pour un atelier de fabrication de tartes aux fraises. La majeure partie a toutefois été congelée par les cuisines du CPAS pour une utilisation ultérieure, compte tenu de la courte durée de conservation des fraises.

Pascal BOLLE, qui possède 30 ha de cultures de fraises, est très sensible à la perte du lien entre les habitants de sa commune, et ses pratiques agricoles. C’est d’ailleurs en ce sens qu’il avait accueilli en juillet 2020, une réunion citoyenne autour du « Référentiel du Vivre Ensemble ».

Le glanage : un moyen pour diminuer les pertes alimentaires

Pratique ancestrale, le glanage désigne le ramassage à la main de produits restés ou tombés au sol dans un champ ou un verger après récolte. Ces pertes alimentaires comprennent généralement des produits hors calibre, non commercialisés du fait d’une demande de produits correspondant à une certaine norme (taille ou forme par exemple). Il en est de même pour des produits trop coûteux à récolter compte tenu du prix du marché, à un moment donné. Il permet donc de réduire les pertes alimentaires au stade de la production. Quelques initiatives de glanages citoyens, dont celles mises en place par le GAL de Burdinale-Mehaigne et le GAL des Plaines de l’Escaut, ont rencontré un grand succès en favorisant les rencontres avec les agriculteurs.

Le glanage solidaire, c’est quoi ?

En Belgique, on estime que 1.650.000 personnes vivent sous le seuil de la pauvreté (en Wallonie, cela représente une personne sur cinq)[1]. Une situation qui s’est exacerbée en raison des crises liées au COVID-19. Pour les aider plus de 30 plateformes de distribution et plus de 1400 associations organisent à des degrés divers la récolte et distribution de denrées alimentaires toute l’année.

 Avec la mise en place d’opérations de glanage solidaire et encadré, des acteurs de l’aide sociale ou alimentaire pourraient avoir accès, grâce à la mobilisation de bénévoles, à des produits locaux qui, sans leur action, auraient été perdus. Une action bénéfique pour tous : pour les producteurs qui ont valorisé positivement les restes de leurs récoltes ; pour les acteurs de l’aide sociale ou alimentaire qui reçoivent gratuitement ces produits frais et locaux ; pour les bénéficiaires qui ont par conséquent accès à ces produits plus qualitatifs contribuant à une alimentation saine et de saison.

Pourquoi encadrer ce glanage solidaire par une charte ?

La mise en place de cette charte permet de rassurer les agriculteurs face à leurs aprioris sur le glanage et ses dérives, tels que le maraudage, la revente dans des circuits commerciaux concurrentiels, ou la pratique non-sécurisée (venir dangereusement près du tracteur). La charte, validée par les deux parties, permet de prévoir les conditions d’un glanage respectueux des activités agricoles et des producteurs. Exercé par des acteurs de l’aide sociale ou alimentaire et des bénévoles, le glanage solidaire encadré favorise également le lien social.

En pratique, les engagements de l’organisme d’aide sociale ou alimentaire et du producteur concernent la désignation d’un « référent glanage », les modalités de mise en place de l’opération en amont de celle-ci (horaire, jour…), le respect des règles sanitaires et de sécurité, ou encore le nombre de glaneurs. Elle précise les conditions d’interventions fixées par le producteur lui-même : parcelles mises à disposition, date de fin de récolte, estimation du volume de produits exploitables pour le don alimentaire etc.  

Intéressé? Plus d’info?

Pour les producteurs qui ont des questions et/ou désirent s’inscrire dans cette démarche de glanage solidaire encadré, complétez le formulaire OU contactez Marc SCHAUS, Chargé de Mission au Collège des Producteurs marc.schaus@collegedesproducteurs.be

Les acteurs de l’aide sociale ou alimentaire (signataires ou non du Green Deal Cantines Durables) comme les CPAS, Banques alimentaires, Restos du Cœur, Croix Rouge, restaurants sociaux, … qui souhaitent pouvoir glaner avec des bénévoles, la cellule Manger Demain met à disposition son réseau et s’engage à mobiliser les producteurs volontaires, en lien avec le Collège des Producteurs.

Contact : Magali LEROUX – magali.leroux@mangerdemain.be

Documents utiles

Visitez le site Manger Demain.be

Cette initiative s’inscrit plus largement dans la stratégie wallonne Manger Demain et dans celle liée à la prévention des déchets du Plan wallon des déchets-ressources, définies par la Wallonie. Elle contribue à garantir la disponibilité et l’accès à tous à une alimentation relevant d’un système alimentaire durable. Elle permet également de favoriser l’inclusion des producteurs sur les enjeux de l’alimentation durable, et de conscientiser notre société à la problématique des pertes et gaspillages alimentaires.


[1] https://www.solifood.be/

Photos :

  • CPAS de Charleroi
  • M.Leroux, Manger Demain
Collège des Producteurs